Prime à la jeunesse gagnante pour la SIG

damien-inglis-et-la-sig-ont-pris-la-mesure-du-bcs-cedric-kuakumensah-et-jason-bach-en-defense-dans-le-quatrieme-et-dernier-quart-temps-photo-dna-cedric-joubert-1566331841

Le 21/08/2019 par DNA

Encore en rodage et orphelins de plusieurs de leurs joueurs, le BCS (Pro B) et la SIG (Élite) ont choisi de laisser du temps de jeu à leurs jeunes pousses respectives, livrant ainsi match rafraîchissant dans une salle des Sept Arpents transformée en étuve.

Déjà privée de la moitié de son groupe pro, la SIG était également contrainte de se passer des services d’Ali Traoré (lumbago), ce mardi soir, à l’heure de débuter son premier match de présaison face au promu en Pro B Souffelweyersheim, obligé, de son côté, de composer sans Franck Tchoubaye (ménagé) et de l’intérieur Kentan Facey, toujours en attente de son visa.

36 points pour le trio de recrues Dallo-Grant-Inglis

Un mal pour un bien puisque les défections ont permis aux espoirs de la SIG et aux jeunes Souffelois de prendre du temps de jeu. Et ce sont Damien Inglis et Ludovic Beyhurst, qui font toujours figure de minots – respectivement 24 et 20 ans –, qui lancent le club strasbourgeois.

Jason Bach, qui passerait presque pour un vétéran (32 ans), leur répond, relayé par Vincent Vent (21 ans), le jeune pivot du BCS. Le ballon circule tant bien que mal, mais les deux collectifs s’appliquent à se passer la “gonfle”. Cinq points de rang de Timothé Vergiat (21 ans) permettent à Souffel de reprendre la tête à la fin du premier quart (18-17).

Désireux d’évaluer le travail qu’il leur reste à accomplir, Stéphane Eberlin, le coach local, et Nebojsa Bogavac, l’assistant de Vincent Collet, ouvrent largement leur banc et font tourner leur effectif.

La deuxième période ressemble au quart initial, avec toujours une prime donnée à la jeunesse des deux côtés du terrain. Quentin Serron et Boris Dallo montrent l’exemple aux espoirs de la SIG. Vent emprunte les traces de Bach et Sylvain Sautier et replace le BCS en tête à la pause (36-33).

Dans une salle des Sept Arpents transformée en étuve et qui affiche complet, Strasbourgeois et Souffelois sont bien moins frais en seconde mi-temps et l’adresse aux tirs, déjà pas bien élevée en première période, prend un coup.

Le score évolue lentement, la SIG reprenant une nouvelle fois l’avantage avant de voir à nouveau revenir le BCS à sa hauteur (50-50).

La SIG fait la différence sur la fin

Bien moins alertes, les deux équipes optent alors pour du jeu placé mais trouvent péniblement des espaces pour scorer. Et les vieux briscards en profitent alors pour monter au créneau et au panier, à l’image de Jerian Grant, le nouveau pivot strasbourgeois, et Serron, et des Souffelois Bach, Sautier et Kuakumensah.

Le jeu est plus haché, la circulation de balle moins fluide. Les SIGmen prennent alors le jeu à leur compte et creusent peu à peu un écart qui, cette fois, sera définitif (56-64).

Mentions légales BCS